Migrants, la faillite des politiques

Ce samedi 16 janvier 2016 est diffusé sur Arte un reportage de notre filmeur Guillaume Clere (production Découpages) sur le camp de réfugiés de Grande-Synthe, près de Dunkerque. Guillaume y a passé quelques jours. Comme souvent dans le monde, il y a croisé la misère, la désespérance, la souffrance. Mais, là, ce n’était pas quelque part dans le monde. C’était en France. A quelques mètres d’un quartier pavillonnaire. A quelques kilomètres d’une grande ville, dans un pays encore riche.

Certes, « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Mais ce n’est pas une raison suffisante pour baisser les yeux. D’autant que la plupart de ces 2500 migrants sont des réfugiés politiques, des familles qui ont fui leur pays car ils ne pouvaient plus y vivre faute d’une sécurité suffisante.

A Grande-Synthe, le FN a récolté 40% des voix lors des dernières élections européennes. Le chômage fait des ravages. Partout, la pauvreté gagne du terrain. Être solidaire des migrants n’apparait donc pas comme une priorité. Et les politiques le savent bien. Alors, ils se taisent.

Sur ce dossier migrant, il y a tout à perdre, rien à gagner.

Donc, immobilisme. Mais, de façade. Car en fait, loin de soutenir ces populations, l’Etat organise le découragement. Par exemple, les migrants vivent dans un champ de boue car ils y ont été placés d’autorité afin de les inviter à ne pas s’installer durablement sur place.

Il y a dans le monde 51 millions de réfugiés. Du jamais vu depuis la Seconde Guerre Mondiale. La moitié des habitants de la Syrie ont fui leur pays. Partout, les états leur ont tourné le dos, y compris les États-Unis pourtant en partie responsable de ce qui leur arrive aujourd’hui. Cette situation est indigne pour notre époque, pour notre monde, pour nous-mêmes.

Dans le reportage de Guillaume, il y a quand même un politique qui semble avoir le courage de lutter contre l’indignité de ne rien faire. Un homme à part, un peu à la marge du PS, élu grâce à un programme résolument écologique, à contre-pied des recettes habituelles. Lui au moins, il ne semble pas renoncer à ses convictions de peur d’encourager le FN.

Et puis, il y a tous ces bénévoles, venus de partout en Europe. Des Allemands, des Italiens, des Hollandais, des Britanniques… La plupart ne sont pas militants, ils n’appartiennent à aucun parti, ne rêvent ni de gloire, ni de reconnaissance. Ils viennent juste parce qu’ils ne pouvaient pas rester les bras croisés face à cette misère qu’ils ont rencontré, un jour, sur l’un des écrans de la vie moderne. Du jour au lendemain, ils ont quitté leur emploi de juriste, de cadre, d’enseignant, d’employé… et sont venus aider à Grande-Synthe, comme pousser par l’évidence qu’ils devaient agir.

Ces hommes et ses femmes sont venus pour suppléer à l’incroyable inaction des politiques. Ce sont eux les « justes » de ce drame moderne.

Petitement, à notre manière, par le travail de Guillaume, le Filament leur rend donc hommage grâce aussi à Arte qui a décidé de diffuser 5 minutes sur ce thème non proteur télévisuellement parlant.

Un reportage parmi tant d’autres qui, peut-être un jour, contribueront à faire bouger le silence et l’indifférence.

 

 

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s