Répartition CNC

A l’heure où le CNC envisage de redéfinir les règles de répartition de ses aides, voici un entretien de Gérald-Brice Viret, dans « Le monde » de cette semaine. Chacun est invité à réagir à ce débat crucial qui engage notre avenir professionnel à tous. Gérald n’a pas forcément tort, et surtout pas forcément raison, en opposant le regard d’auteur aux besoins d’une télévision populaire. A vous de juger ! Et de nous positionner en tant que collectif de filmeurs…

Et pour alimenter le débat, un autre article de la Tribune, qui reprend un rapport de la cour des comptes : http://www.latribune.fr/technos-medias/medias/20111115trib000664260/le-cnc-a-trop-d-argent-selon-l-inspection-des-finances.html#bottom

Gérald-Brice Viret (NRJ 12) :  » Ce débat est obsolète… « 

agrandir la taille du texte
diminuer la taille du texte
imprimer cet article

Classer cet article

Selon le CNC, NRJ 12 est à l’originede cent une heures de documentaires aidées en 2011, soit une progression de plus de 30 % en un an. Entretien avec le directeur délégué du pôle télévision de NRJ Group.

A quels programmes correspond ce volume horaire ?

Pour l’essentiel, il s’agit des documentaires de société que nous diffusons chaque jeudi soir dans le magazine  » Tellement vrai « . Ces documentaires, réalisés en immersion dans le quotidien de nos concitoyens qui vivent une vie extraordinaire, sont le reflet de la société. Certains s’interrogent sur leur pérennité. Je suis persuadé au contraire que ce sont ces films qui seront étudiés dans plusieurs décennies par les instituts de recherche.

De nombreux auteurs et producteurs estiment que ce type de programme ne relève pas du  » documentaire de création  » et déplorent qu’il bénéficie de l’aide du CNC…

Avant, on se plaignait de nos rediffusions. Maintenant, on se plaint que nos documentaires ne soient pas comme il faut… Il faudrait au contraire se réjouir du fait que ce genre n’a jamais été aussi apprécié des téléspectateurs. Il y en a de différents styles, pour des publics différents… Tant mieux ! L’écriture, qui varie selon les chaînes, n’est pas la même sur Arte que sur NRJ 12. Et alors ? Que chacun fasse son travail ! Ce débat est obsolète. C’est un combat générationnel, mené par des gens qui n’ont pas compris l’évolution de la télévision et qui ont plusieurs décennies de retard. Leurs critiques sont archaïques et tendent à exclure les téléspectateurs. J’ajoute que toutes ces oeuvres que l’on nous reproche de diffuser sont des productions nationales. Nous faisons travailler directement ou indirectement un millier de personnes, ainsi qu’une cinquantaine de sociétés de production, dont la moitié est née grâce à la création de la TNT.

S’agit-il bien d’oeuvres de création ?

Cela fait vingt-cinq ans que je fais de la télévision, j’ai donc autant de légitimité que d’autres pour dire ce qui est de la création et ce qui n’en est pas. A titre d’exemple,  » Hollywood Girls  » (programme quotidien diffusé en fin d’après-midi sur NRJ 12), c’est selon moi de la création. La création est ouverte à tous les talents. Et le talent ne se définit pas.

Vous venez de citer un programme de  » script reality « . Ce genre, qui consiste à faire jouer des faits divers par des comédiens, doit-il bénéficier également des aides du CNC ?

J’y suis favorable. Et cela se fera, c’est une évidence. On ne pourra pas faire l’impasse.

Propos recueillis par J.-B. de M.

Advertisements

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Jean-Louis Camus dit :

    C’est scandaleux qu’une émission dont le seul objectif est la course à l’audimat, bénéficie aussi d’aides du CNC. De plus les conditions de production de ces programmes n’ont aucune ambition. C’est de l’occupation d’antenne, du travail industriel. C’est étonnant que même dans ces conditions, on puisse revendiquer un travail de création. Les arguments sont rigolos : on ne peut pas définir ce qu’est la création et le monsieur estime qu’il a assez d’expérience à la télé pour qu’on ne la lui raconte pas… C’est la loi du plus fort…

  2. Ludovic Fossard dit :

    Je trouve que le CNC devrait avoir le courage de ses convictions. Affirmer que « Tellement vrai » est une création originale qui préfigure de ce que sera la télévision de demain me semble être assez incroyable. Comment le CNC peut-il se laisser convaincre ? De mon point de vue, les aides CNC ne sont pas là juste pour soutenir une industrie. Elles sont d’abord là pour défendre une ambition artistique, un point de vue d’auteur, qui évidemment n’est pas présent dans une émission aussi standardisée que « Tellement vrai ». De peur sans doute d’être jugée trop élitiste, le CNC ne fait pas de choix et distribue « en automatique » des aides à des programmes qui pourraient très bien s’en passer. C’est très dommageable pour notre profession !

  3. jean-marc Chauvet dit :

    Bien d’accord avec ces commentaires, maintenant, je connais un peu Gérald Brice Viret et je ne sois pas sûr qu’il soit lui-même convaincu de ses propos mais en tant que responsable d’une industrie télévisuelle, on ne peut lui en vouloir de savoir utiliser le système pour financer les « documentaires » (avec tout les guillemets d’usage) diffusés sur son antenne. Celà lui permet d’acheter beaucoup moins cher au producteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s