« Henri IV a aimé la Compagnie du Filament  » par Pierre Belet

le

« Que c’est bien filmé ! », « Tes lumières, superbes ! », « Tu avais un chef op ? », « C’est quoi la caméra que tu avais ? », « bravo pour les images »…

J’ai entendu, et cela fait très, très plaisir, beaucoup de compliments sur la réalisation et la mise en images du film : « Le mystère de la tête d’Henri IV » qui retrace deux ans d’enquête qui nous ont permis (Stéphane Gabet et moi-même) de retrouver puis d’authentifier la tête du Vert Galant. A tous donc merci.

Mais puisque je suis l’auteur des images, je voudrais aussi apporter quelques rectificatifs pour dire que ces éloges s’adressent aussi à la Compagnie du Filament et je m’en explique.

Il y a trois ans, avant que j’adhère et que je devienne membre actif de la Compagnie du Filament, mon vocabulaire en matière de lumière se limitait à « minette » ou « mandarine ». Guère plus.

Ayant souvent travaillé dans les conditions du JRI, journaliste reporter d’images, je n’avais la plupart du temps qu’un équipement sommaire et basique en matière d’éclairage. Question de poids aussi. Seul, cela va de soi, il est difficile de voyager et d’emporter de lourdes valises destinées à la lumière.

Résultat, on prend des habitudes.

Des mauvaises habitudes.

La belle lumière pour un JRI se limite à ces rayons que nous offre parfois la nature le matin et le soir… Alors on essaye de filmer durant ces horaires là.

La réalité, c’est que l’on filme le plus souvent quand on peut. Et tant mieux si cela tombe aux bonnes heures, tant mieux si la lumière du soleil parvient à passer sous un ciel chargé, comme celui qui précède l’orage…

En intérieur, dans la majorité des cas, le JRI cède aussi à la facilité. Question de temps, mais question de savoir faire le plus souvent. On met la minette, au mieux une mandarine pour déboucher le tout et nous voilà avec un sujet éclairé, mais mal éclairé. Une lumière éclatée, sans relief et le plus souvent de face. La minette toujours…

Voilà donc sans doute ce que j’aurais fait si je n’étais pas passé par la case « Compagnie du filament ».

C’est grâce à cette structure que j’ai enrichi mon vocabulaire de dédolights, de mizards, de light panel et de blondes. C’est grâce à la « Compagnie » que j’ai appris à éclairer des fonds, jouer avec les contres, placer des ombres. C’est grâce à Sylvain Van Eckhout et surtout Ludovic Fossard que j’ai observé lors de différents tournages que j’ai, avec leurs conseils, progressé dans ce domaine.

Ces techniques récemment acquises, m’ont permis de donner de la vie à un sujet qui par définition n’en avait que peu. De créer du relief et du mouvement à un documentaire qui a priori pouvait être très statique. Intuitivement, j’ai ressenti le désir et la nécessité de créer une atmosphère propre à cette enquête, à cette tête momifiée.

Je me suis servi de ce que j’avais vu à la Compagnie pour avoir le courage d’avoir des certitudes, de prendre un réel parti pris en matière d’images.

Tout cela je le dois à la Compagnie du Filament et à ses membres.

L’émulation que crée ce carrefour de filmeurs permet de se nourrir des expériences des autres et c’est là la singularité et la réussite de cette structure si bénéfique pour nous qui faisons un travail souvent si solitaire.

En plus, la Compagnie du Filament associée à la société de production Découpages m’a permis d’obtenir une souplesse extrême qui était nécessaire pour ce film. Nous avons tourné durant plus de cinq mois, au total, pour une quarantaine de jours de tournage. J’ai donc eu à disposition tout l’équipement que je souhaitais et quand je le souhaitais. J’avais le loisir d’utiliser toute la lumière qu’il me fallait, surtout des dédolights d’ailleurs, mais aussi la grue, des rails de travelling… Et tout cela avant même que le film ne soit vendu. Le producteur Galaxie Presse n’a eu un accord définitif avec France Télévision qu’après la confirmation de l’authentification de la tête d’Henri IV.

Merci donc à la Compagnie du Filament et à ses membres à qui je dois beaucoup pour la réalisation de ce film qui m’est cher.

Alors n’oubliez pas ! Diffusion dimanche 13 mars, 20h30 sur France 5.

Pierre Belet

 

Advertisements

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Corfmat Alain dit :

    Bravo pour votre travail. Je suis historien au Québec, et je voudrais insérer la photo de la tête d’henri 4 dans un ouvrage. Qu’elles sont les conditions. Merci
    alaincorfmat@videotron.ca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s