Assurance chômage : les nouvelles règles

Vous en avez beaucoup entendu parler. Vous avez peut-être aussi participé aux manifestions des intermittents. Vous êtes peut-être aussi déjà très au courant mais comme beaucoup d’entre vous se posent encore la question, je vais vous expliquer de manière très concrète et très empirique, ce que va changer pour vous, le nouveau dispositif mis en place par l’assurance chômage en ce qui concerner les intermittents, et donc beaucoup de filmeurs.

Prenons un exemple un peu standard. Beaucoup de filmeurs travaillent 10 à 15 jours par mois ( du moins ceux qui ont une activité régulière dans les prods ). Imaginons qu’ils déclarent 12 jours à 254 euros ( tarif convention pour un OPV ), cela leur fait un brut de 3048 et un net de 2400 environ. Jusqu’alors, l’Assedic venait compenser les 15 jours restant à hauteur de 600 à 900 euros, en fonction du taux journalier, des heures faites l’année précédente etc… Les périodes de carence étaient limitées.

Désormais, tout change. Au moment du renouvellement, la période de carence sera de 45/50 jours avant que le filmeur ne puisse prétendre à une quelconque indemnité. Ce qui veut dire, que, sur la base de cet exemple, le filmeur ne touchera pas d’indemnité chômage pendant 3 mois minimum, lui faisant perdre sur l’année 2500 à 3000 euros.

De plus, s’il a un travail régulier, il pourra continuer facilement à faire ses heures, mais si ce n’est pas le cas, ce sera beaucoup plus chaud. En effet, imaginons qu’un filmeur fasse un mois à 22 jours. Puis, 10 jours répartis sur deux mois. Il va donc cumuler beaucoup d’heures sur le premier mois puis peu sur les mois suivant. Mais, avec la carence, cela va décaler d’autant les heures qui comptent pour ouvrir ses droits. Exemple : en septembre je fais 22 jours. En octobre 5 et en novembre 5… Les 45 jours de carence vont s’épuiser sur octobre et novembre et mon indemnisation va recommencer en décembre… A partir de là, j’aurai le droit à 245 jours d’indemnisation avant de revenir 10 mois en arrière pour calculer mes heures. Et du coup, les jours fait en septembre ne seront pas comptabilisés… En fait, ce système permet l’air de rien de sortir de l’intermittence tous ceux qui n’ont pas de contrats réguliers… D’un point de vue comptable, c’est très malin…

Mais, ce n’est pas fini. Il semblerait aussi que les conditions d’admission à l’intermittence changent. Autrefois, un journaliste-JRI désireux de devenir intermittent, accumulait des fiches d’intermittence puis, une fois arrivé à 507 heures, il annonçait son changement de statut aux Assédic. Désormais, c’est fini. Le journaliste ( ou le monteur, l’ingé-son, etc..) devra écouler la totalité de ses droits dans le régime général ( deux ans ) pour pouvoir demander de changer de régime.

Prenons un cas concret : un journaliste est en contrat convention journaliste pour une agence sur un an. A l’issu de son contrat, comme il a eu un contrat de journaliste, il s’inscrit en tant que journaliste au chômage, donc au régime général. A partir de là, il devra épuiser tous ses droits pour pouvoir passer dans l’intermittence sachant que s’il a des contrats d’intermittents, ceux-ci viendront recharger ses droits… au régime général. Bref, il ne pourra plus passer intermittent. Là encore, c’est une façon de fermer le système sans le dire.

Voilà quelques informations concrètes qui sont là pour vous aider à y voir plus clair. Il ne s’agit bien sûr pas de faire le procès de l’utilité ou non de l’intermittence, qui est un bien trop vaste débat. Mais, je voulais juste répondre de manière assez concrète répondre aux interrogations de certains filmeurs.

Ludovic Fossard

nouveautés NAB 2012

Nouveauté NAB 2012

Comme chaque année, le NAB de Las Vegas est le salon où les fabricants lèvent le voile sur leur nouveautés et cette année il y a vraiment de grosses annonces à suivre de près.

Toutes ces infos proviennent du blog de Emmanuel Pampuri, un Lyonnais qui effectue un énorme travail de veille technologique. Je vous invite à mettre son lien dans vos favoris pour tout savoir des nouveautés dans notre petit landerneau.

Merci à lui

http://www.pampuri.net/

BLACK MAGIC

Commençons par un célèbre fabricant de cartes d’acquisitions qui se lance dans la production de caméra 2K (2592 x 2192) à –de 3000$..

Caméra Black Magic

Caméra S35 2,5K capteur CMOS, enregistrement sur SSD en ProRes ou DNxHD ou Adobe Cinema DNG ! Pilotage par écran tactile, monture Canon EF ou ZF … avec en prime la sortie Thunderbolt !

Lien vers le site de Black magic

http://www.blackmagic-design.com/products/blackmagiccinemacamera/

un premier film en ligne sur Vimeo ici http://vimeopro.com/johnbrawleytests/blackmagic-cinema-camera/video/40381671

CANON:

Beaucoup de nouveauté la aussi. Canon reprend la main de la video HD et cinéma numérique. Quelques jours après l’annonce du successeur attendu 5D MarkII, à savoir le 5DMARK 3, (3500$),

on apprend la sortie pour cette année de C500, c’est version 4K de la C300. Elle enregistre notamment en fichier Raw. Dans sa forme actuelle, elle est calquée sur la C300. Mais Canon précise dans son communiqué qu’il est question que celle ci évolue.

Le RAW serait disponible en 12 ou 10 bits et les fréquences pourraient monter jusqu’à 120 i/s en 4K ou Quad HD en 10bits et 60 i/s en 2K ou 1080. L’idée du « crop factor » permettant de re-cadrer dans la surface utile du capteur serait présente car le capteur serait de type full frame 24×36 avec la possibilité d’avoir un fenêtrage S35. La caméra sera déclinée en 2 version PL ou EF. Les Gamma Canon Log sera présent aussi. En plus du RAW on pourra choisir un enregistrement 4:4:4 ou 4:2:2 L’enregistrement sur cartes en interne serait toujours possible dans des résolutions inférieures. Pour le moment la caméra est annoncée à 25000€

L’EOS 1DC est aussi annoncé comme il a déjà été plus ou moins présenté à l’automne le boitier EOS 4K il conserve l’enregistrement sur carte Compact Flash et ne sera pas doté du RAW comme annoncé à l’origine on se contentera ici d’un Mjpeg. Le prix serait situé en dessous de 10000€

• Enregistrement vidéo 4K

• 1080p à 50/60ips, courbe Gamma Canon Log

• Sortie HDMI non compressée

• Capteur CMOS plein format 18 MP

• Jusqu’à 12 im./sec. en photo, mode 14 im./sec.

• Système AF à 61 points

• Plage de sensibilité de 100 à 25 600 ISO

Double processeur Canon DIGIC 5+

SONY:

Sortie annoncée de la FS 700 (8000$)

Dotée d’un capteur de 11,6 MP de taille S35, elle serait capable d’enregistrer des images à un fréquence assez sympa en HD 1080 jusqu’à 240 images par secondes ! et de monter jusqu’à 960 i/s dans une résolution inférieure et sur un laps de temps limité …

Contrairement à sa petite soeur elle serait dotée d’un filtre ND rotatif 1/4 (2 Stop), 1/16 (4 Stop), and 1/64 (6 Stop) (ouf !)

La monture serait la même que la FS100 c’est à dire la monture des appareils photo NEX dite monture « E »

Comme la FS 100 elle peut faire du 1080p50 ou 60 sur un nouveau support appelé HXR FMU 128 go SSD

Par contre cette fameuse sortie 4K serait sur la sortie HDSDI 3G et non sur l’enregistreur interne, cette fonctionnalité sera activée ultérieurement par une upgrade logicielle et l’enregistrement se fera sur un enregistreur SONY … on en sait pas plus pour le moment.

Est-ce une façon d’annoncer que la F3 aurait aussi sa déclinaison 4K ? Si oui, à quel prix ?

Toujours est il que ce NAB 2012 s’annonce encore une fois très croustillant. On attend avec impatience des nouvelles de Panasonic, doit-on présager l’arrivée d’une nouvelle camera 4K aussi incluant le fameux codec AVC Ultra dévoilé il y a maintenant 2 ans … Une évolution de l’AF101 sera-t’elle annoncée au NAB 2012 ?

DIGITAL BOLEX

Et pour finir, une annonce à suivre de près avec l’annonce de cette caméra épatante, séduisante et nostalgique, la Digital Bolex. Une bande de fous furieux travaille actuellement sur une camera dotée d’un capteur CCD (oui c’est pas du CMOS) de taille S16 (12,25 x 9,64) de chez Kodak, capable d’enregistrer des fichiers RAW en 2048 x 1152 (Super 16mm mode) ou 1920 x 1080 pixels (16mm mode).

Doté de prises XLR et capable d’enregistrer sur des cartes CF en format Adobe Cinema DNG, format RAW universel libre choisi aussi pour la fameuse Pénélope Delta.

Dans un monde impitoyable ou tout semble nous pousser vers des cameras de plus en plus high tech, high end, un peu d’audace et de fraicheur me fait le plus grand bien et je trouve ce projet audacieux et terriblement excitant ! Qui sont ces gens ? d’ou viennent ils ? j’avoue que j’ai été tellement surpris que j’ai cru un instant qu’il s’agissait d’un canular ?!

Des images de la bette et plus d’infos ici : http://www.digitalbolex.com/

Essai de la Panasonic HPX 250

Très malléable (2,5kg sans accessoire), pratique (un certain nombre de réglages intéressants à porter de doigts) et facile d’utilisation (menu très simple), la  PANASONIC HPX 250 semble être très adapté aux tournages légers de reportage.

-  L’écran LCD, plutôt grand (diag : 8,8cm) est placé sur le côté (et non sur le dessus). Ce qui est plus agréable et pratique en tournage. Particulièrement lorsqu’on cale la camera contre l’épaule, la distance entre l’écran et les yeux est plus grande.Les réglages sont principalement affichés sur les côtés de l’ecran et non en haut et en bas. Ce qui personnellement me dérange pour le cadrage. Par ailleurs, le bouton Disp Mode/Chk, très utile, affiche ou non, l’intégralité des réglages.

L'écran LCD est bien placé

- Trois anneaux de réglage indépendants (Zoom, Focus, Diaf). Indispensables.

- L’optique est de 28 mn avec un zoom allant jusqu’à 21x.

- La fixation du micro canon est à vis. Solide, elle ne peut pas se désolidarisée du corps de la camera. On peut changer de carte d’enregistrement grâce à un simple bouton placé à l’arrière de la camera.

- Il y a plus de 5 sorties à l’arrière de la caméra (USB 2.0 – DVCPRO/DV – SDI OUT – CAM REMOTE). Offre une plus grande possibilité de vider ses cartes. Surtout lorsqu’on est en tournage, on n’a pas forcément toujours le même matériel à disposition.

Connectique variée

-  Lorsqu’on tourne avec une camera de poing en la plaçant au niveau de l’épaule, il arrive que la batterie (située à l’arrière droit) saute et se « déboîte » du corps de l’appareil. La PANASONIC HPX 250 dispose d’un cran de blocage, maintenant en place la batterie, même si on la pousse vers le haut.

Il semble y avoir trop de boutons sur le corps même de la camera qui ne sont pas indispensables, particulièrement pour un tournage de magasine en séquence etc. Comme les trois User différents ou encore les Scènes. Je pense que ces réglages peuvent être effectués dans le Menu.

D’autant plus que certaines fonctions se retrouvent derrière l’écran LCD, comme le réglage du zoom ou du focus (en manuel ou automatique) et le focus assistance. Plus embêtant : le changement de filtre. Qui est d’autant moins malléable que c’est un bouton qui se tourne et non un petit levier.

L’ensemble des boutons est sur le côté gauche. Ce qui est plutôt pratique sachant que la main droite tient la camera, mais on peut regretter la petite touche Push Auto, accessible avec l’auriculaire droit pour une vérification du diaf. Très pratique en tournage pour comparer son propre réglage avec celui proposé.

Il n’y a d’ailleurs aucun bouton sur le haut (à l’exception d’un REC, mais qui peut se bloquer) ce qui permet de fixer un micro HF sans bloquer l’accès à certaines fonctions.Très appréciable : la touche WFM, beaucoup plus précise que le Zébra, mais qui ne peut pas être utilisé en tournage car s’affiche au milieu de l’écran LCD.

Perso, je trouve cette caméra bine foutue. Une sorte de Z1 en mieux, avec un grand angle plutôt efficace et rare sur ce type de modèle. Son niveau de prix, entre 3000 et 4000 en fonction du modèle est bien positionné. Bref une caméra à découvrir, idéal pour les tournages de reportages classiques.

Julie Darde…

La trousse à pharmacie du Filmeur.

La trousse à Pharmacie du Filmeur

Salut à tous,

Certains d’entre nous sont amenés à tourner dans des régions reculées ou l’hygiène, la nourriture et le climat mettent le corps à rude épreuve. Ces lieux sont généralement dépourvus de structures médicales.
Je me propose donc dans ce post de lister ma trousse à pharmacie. Elle est le fruit du bon sens, de l’expérience et de discussions avec mon médecin généraliste (qui me trouve très exotique).
Je n’en utilise pas le quart mais, mieux prévenir que guérir !
A vous d’y faire des ajouts ! L’idée est de constituer la trousse à pharmacie idéale du filmeur !
Dernier point, certains de mes camarades de travail me vannent gentiment et me trouve un peu parano. Ceux sont généralement les mêmes qui profitent le plus de ma trousse pendant le tournage !
A bon entendeur !
Bien à vous,
Laurent

- Un first aid kit (pansements, lingettes désinfectantes, Enosine et sérum physiologique en dosettes, compresses de gaze, stéristrip, aiguille, seringue et lame de scalpel stériles).
– Bande (foulure).
– Keltum (Grosse douleur musculaire)
– Béthadine en crème
– Gel mains antiseptique
– Thulle gras (en cas de brulure)
– Biafine
– Apaysil
– Aclicovir (Infections cutanées. Sur ordonnance)
– Cérérizine (Anti histaminique, allergies alimentaire ou suite à piqure d’insecte. Sur ordonnance)
– Imodium lingual ( à faire fondre dans la bouche)
– Nautamine (mal de mer)
– Charbon (désinfectant intestinal)
– Smecta
– Probiotique
– Aspirine à croquer
– Bi profène (gros mal de tête. Sur ordonnance)
– Advil
– Zolpidem (somnifère à action rapide dont l’effet ne dure pas plus de 6 heures. Idéal pour se caler en cas de gros décalage horaire. Pas d’effets secondaires. Sur ordonnance.)
– Amoxilline (Antibio large spectre, infection orl, plaie surinfectée…Sur ordonnance)
– Aspi venin
– Un petit pot de baume du tigre (douleur musculaire, mal de tête…)
– Crème solaire
– Anti moustiques